lundi 17 mars 2008

Calais : la fin d’une époque


Jacky Hénin n’a pas résisté à la liste d’union populaire et sociale de Natacha Bouchart. Battu assez nettement ( il ne rassemble que 45.98% des suffrages contre 54.02% pour la tête de liste UMP), le maire communiste doit se résigner à laisser sa place, au terme d’une campagne à rebondissements.


Les premières réactions de Jacky Hénin à l'annonce des résultats.





A l’issue du premier tour, François Dubout, candidat du Front National qui avait obtenu 12.35% des voix, avait crée la surprise en annonçant qu’il se retirait de la course à l’Hôtel de Ville. Une attitude perçue à gauche comme une volonté d’ « abattre » politiquement Jacky Hénin, très contesté dans sa manière de gérer la ville. L’absence d’alliance avec les Verts (5.37% au premier tour) a pesé lourd dans la balance. Difficile, dans ces conditions, de rassembler l’ensemble des forces de la gauche autour du projet socialo-communiste.

Natacha Bouchart réagit à son élection depuis son QG de campagne.





L'analyse de Jean-Jacques Barthe, maire communiste de Calais de 1971 à 2001.



envoyé par lavoixdunordC’est résolument la fin d’une époque pour Calais, administrée par une équipe communiste depuis 1971. Pour le PCF, c’est une perte symbolique, même si Jacky Hénin a affirmé qu’il continuerait la lutte au sein du conseil municipal, du côté de l’opposition. Dans le camp des vainqueurs, la liesse a succédé à une certaine incrédulité devant l’étendue de la victoire. Natacha Bouchart a annoncé qu’elle voulait redorer l’image de Calais et gouverner dans un esprit d’ouverture, en se plaçant au delà des clivages politiques.


Emilie Gavoille

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Jacky avait en effet grise mine au moment des résultats finaux…
Une grande aventure calaisienne !!!

Anonyme a dit…

Enfin!
je ne suis pas persuadé que l'arrivée de l'UMP aux commandes de la Mairie soit une si bonne chose, mais il fallait dans tous les cas mettre fin à l'archaïsme politique, aux situations de copinage et à l'effarouchement des investisseurs industriels.
Calais va-t-elle enfin arriver dans le 21ème siècle?

Anonyme a dit…

Enfin, de l'air !
Il ne brillait pas pour son originalité en politique, se contentant de gérer un poste... hérité de l'ancien maire.
Alain Moncheaux.