jeudi 6 mars 2008

Huyghe seul contre tous (les autres)


Martine Aubry, Sébastien Huygue, Eric Quiquet et Jacques Richir: une belle affiche avant le premier tour des municipales. Ça se passe sur le plateau de France 3 Nord-Pas-de-Calais et en live sur Chroniques de mars (pensez à rafraîchir votre page d'accueil régulièrement).



Quelques réactions d'après débat

Sébastien Huyghe : «C'est un exercice auquel je ne suis pas habitué, mais j'ai trouvé cela intéressant.»

Brigitte Mauroy : «Je trouve cette polémique [sur l'excision] ignoble et scandaleuse.»

Eric Quiquet a trouvé Sébastien Huyghe «consternant de vacuité et à côté de la plaque.»

Jacques Richir : «La faiblesse de Huyghe pendant le débat n’a d’égale que la faiblesse de son programme.»
«Soit on décide de s’allier avec Aubry, soit on continue de nos propres ailes.»

Martine Aubry s’est estimée «déçue de la place prise par la polémique sur Brigitte Mauroy», près de 8 minutes.

23:15
Martine Aubry : «L'objectif le soir du premier tour c'est de réunir la gauche». La maire sortante a lancé un appel à tous ceux qui rejette le gouvernement et qui partagent les mêmes valeurs à la rejoindre dans l'optique du second tour. Jacques Richir est prévenu.

23:12 : Eric Quiquet : «Je souhaite que l’on sorte d’une gestion opaque de la communauté urbaine.»

Jacques Richir souhaitait 35 000 places pour le Grand Stade.

23:03: Martine Aubry aime le skate board et elle le dit. On apprend même que la semaine dernière, elle assistait au championnat de France, à la Halle de Glisse.

Pierre Mauroy avait amené le métro, Martine Aubry aimerait amener le tramway. «Pour ça Martine, il faut des moyens», tempère Eric Quiquet, qui, lui, préfère le vélo.

Vient la question de l’emploi, le sujet sur lequel Martine Aubry est attendue, en tant qu’ancienne ministre du Travail. Elle vante «l’incroyable dynamisme des commerçants et des artisans lillois». Un constat «idyllique» pour Sébastien Huygue.

23 :00 : Eric Quiquet se défend d’être en retard. sur le système de location de vélos. Pour lui, 50 km de pistes cyclables construites c'est déjà énorme. Il est urgent d’attendre 2010 pour ne pas tomber dans sous la coupe de grands groupes comme Decaux.

Mais ça y est, le débat est lancé. Tous veulent prendre la parole, et notamment Martine Aubry, qui retrouve l’assurance qu’on lui connaît. Elle évoque d’ailleurs la communauté urbaine, sujet dont qu’elle évitait jusqu’alors. Et pour elle, c’est 2000 vélos. Elle serait même presque agressive, elle attaque. Pour Sébastien Huyghe, la ville a loupé le coche.

22:58 : France 3, grand seigneur, donne la parole aux quatre autres listes présentes à Lille. Etienne Forest (démocrate- libéral), Jan Pauwels (LCR), Eric Dillies (FN) et Nicole Baudrin (LO) jouissent de 30 secondes chacun pour s’exprimer sur leur conception de la gestion de la ville. En vidéo.
A l’extrême-gauche, ça veut donner des «claques» (Pauwels) et des «gifles» (Baudrin) à la politique de Sarkozy. A droite et au centre, ça râle sur «les passe-droits» et «le manque de transparence» pour accéder aux logements HLM.

22:44 : Aubry, sur sa profession de foi : «On a fait une erreur car il y avait du rouge sur mon écharpe. On l’a corrigée. Quand on fait une erreur, il faut le reconnaître.»

22:42 : Sébastien Huyghe, sur le manque d'ampleur de sa campagne, et les mauvais sondages : «Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour mener cette campagne.» L'homme regrette de n'avoir eu que quatre mois. Malgré tout, il se dit fier de sa liste. Mais qu’importe, pour lui, tout se rattrape, même le temps.

22.40: Après l’excision, la guerre des chiffres et des sondages. D’après les dernières estimations, les Lillois devraient passer se déplacer à deux reprises dans les urnes. Martine Aubry devrait être réélue confortablement au second tour, avec 67% des suffrages, face à l’UMP Sébastien Huygue.

Pour Eric Quiquet, finalement, le vrai enjeu de l’élection, c’est «l’évolution du rapport de force entre les Verts et le PS à Lille». Premier sourire de Martine Aubry : «notre liste n’est pas toute verte, quand même». Dans la vie, tout est question de nuance(s).

22:31: C’est parti. Et sur les chapeaux de roue. Brigitte Mauroy et l’excision. Sébastien Huyghe, a l’honneur de commencer pour défendre sa seconde de liste. Pour lui les méthodes employées, notamment avec les blogs, sont des «méthodes fascistes». Martine Aubry, voix tremblante, livide, abonde en son sens. Eric Quiquet et Jacques Richir aussi.Sébastien Huyghe en remet un couche : il attaque. Selon lui, tous les candidats n’ont pas envoyé de message de soutien.
Karine Lambin, Julien Licourt, Emilie Gavoille

1 commentaire:

Pippo inzaghi a dit…

Huyghe est vraiment faiblard à jouer la victime. C'est vraiment le Pargneaux du pauvre