mardi 4 mars 2008

Débat Vanneste-Delannoy à Tourcoing : et le vainqueur est ...

France Bleu Nord organise aujourd'hui une spéciale Tourcoing sur son antenne. Après une journée de reportages, c'est l'heure du débat, qui oppose Michel-François Delannoy, le candidat socialiste, au bouillant Christian Vanneste, investi par l'UMP. On vous propose de suivre le débat en live-blogging, ici, et maintenant (cliquez sur "actualiser" pour voir les mises à jour).

Ce n'est pas une coupe (ici, a priori, celle de l'UEFA) mais un fauteuil de maire que guignent les deux candidats-débateurs de ce soir...

19.05 : Qui a gagné ? Dans la salle de rédaction, on hésite. Au calme apparent de Michel-François Delannoy, on oppose les violentes piques de Christian Vanneste. On s'interroge sur les 5000 emplois avancés d'un côté, sur le supposé «deal à ciel ouvert» dénoncé de l'autre. Interrogé sur son rapport avec la liste d'extrême droite conduite par Christian Baeckeroot, Christian Vanneste a, par ailleurs, tenu une position plutôt risquée : «Chaque chose en son temps» a affirmé le candidat UMP, sans exclure par principe un rapprochement avec la liste d'extrême droite.
Demain, grâce à notre reporter qui était infiltrée dans les studios de France Bleu Nord, nous vous livrerons les réactions des intéressés. Pour (ré)écouter le débat, vérifiez la page d'accueil de France Bleu Nord, il devrait bientôt y être proposé.


19.00 : Fin du débat, sur une question plus consensuelle : le présentateur interroge les candidats sur leurs relations à Hergé, qu'ils affichent tous deux à la rubrique "passion" sur leurs CV. Niveau album préféré, Christian Vanneste est plutôt Trésor de Rachkam Le Rouge, quand Michel-François Delannoy plébiscite Le Lotus Bleu.

18.55 : Le Grand Mix n'est pas en danger. Christian Vanneste l'assure : s'il est élu maire de Tourcoing, il ne fermera pas la salle de musiques actuelles, à la programmation léchée ... mais il veut rendre «rentable » la salle. Autre possibilité évoquée par le candidat UMP pour redynamiser une ville où, selon lui, c'est jusqu'à présent « couvre feu à vingt heures »? La construction d'un bowling.

18.45 : 5 000 nouveaux emplois à Tourcoing ? C'est l'estimation lancée par Michel-François Delannoy (PS), évoquant la future zone de l'Union et son «pôle image», actuellement en construction autour de la friche Vanoutryve, et tous les projets en cours dans le centre-ville. Christian Vanneste réplique, pragmatique, que les chiffres avancés sont sans doute un peu exagérés, et trop rapides. Au football, ça s'appelle marquer un but.

18.31 : «On ne va pas faire toute l'émission sur la sécurité, non plus ! » Dur dur pour le présentateur de tourner la page sécurité, ouverte dès les débuts du débat, après quelques piques lancées par Christian Vanneste contre les «bobos parisiens », évoquant la sortie de Bertrand Delanoë à Tourcoing, mi février. Michel-François Delannoy (PS), actuel premier adjoint qui espère s'asseoir dans le fauteuil du maire sortant Jean-Pierre Balduyck (qui ne se représente pas mais figure sur la liste socialiste, en position non éligible) met l'accent sur «une police de quartiers», Christian Vanneste dénonce «le deal qui a lieu systématiquement à la sortie du métro des Phalempins», et les «voitures brûlées» des quelques voisins qui oseraient dénoncer ces activités illicites.

18.15 : Christian Vanneste est donné perdant par les sondages ? Peu importe : le député, réélu en juin 2007, s'est trouvé une nouvelle figure tutélaire : Maurice Schumann. Maurice, pas Robert, et Schumann, avec deux "n". Contrairement à son lointain homonyme, Maurice Schumann, qui n'a rien à voir avec la construction de l'Europe, fut un gaulliste canal historique : résistant, ancien journaliste de l'agence Havas, Maurice Schumann a été longtemps été sénateur du Nord, et a dirigé le Mouvement républicain populaire (MRP) à la sortie de la deuxième guerre mondiale.


Et une photo pour la route.

18.07 : c'est parti. Pour mettre un visage sur une voix, présentation des protagonistes :


lui, devant le géant, c'est Michel-François Delannoy



et là, c'est Christian Vanneste


18.00 : c'est l'heure du flash. «Philippe Bertrand», ex-huile locale du FN a-t-il été récemment mis en examen, comme nous l'annonce la présentatrice, en lançant un sujet sur la venue de Jean-Marie Le Pen ? A vrai dire, on n'en sait rien. Par contre, Philippe Bernard, oui.

Antoine Bayet

3 commentaires:

johann59 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
johann59 a dit…

c quoi cette censure ???? on peut pas critiquer la gauche ou quoi ??? pas etonnant vu comment vous parlez que du FN... on se demande bien pourquoi...

chroniquesdemars a dit…

Bonjour johann59,

Votre commentaire, qui s'interrogeait (comme nous!) sur la création de 5000 emplois avancée par le candidat socialiste hier lors du débat sur les ondes de France Bleu Nord, comportait une partie que nous avons jugée trop proche de la diffamation pure et simple.

Nous avons donc supprimé le commentaire dans son entier, car nous étions dans l'impossibilité technique de l'éditer, et d'en supprimer la partie incriminée.

Antoine Bayet